Comment investir dans des obligations en Bourse ?

Vous souhaitez investir dans des obligations en Bourse ? Intérêts, avantages, risques, meilleures opportunités, ce guide complet vous accompagne pas à pas !
Picture of Matthieu Louvet
Matthieu Louvet
Comment investir dans des obligations en Bourse ? S'investir
Table des matières
Formation 100% offerte

Apprendre à investir en Bourse, protéger votre avenir financier et générer des revenus passifs
(même en partant de zéro et sans connaissance).
OFFERT

Au cours de la dernière année, les performances des obligations en Bourse ont atteint des niveaux de rendement exceptionnellement élevés, oscillant autour de 7 à 7,5 % pour les obligations High Yield européennes  (7,37 % pour l’indice HEAE au 31 octobre 2023).

Il est rare de voir de tels niveaux de rendement persister sur une période prolongée en matière d’obligations. Cette hausse découle de la montée des taux, ainsi que de la solidité des entreprises qui ont réussi à maintenir leur résilience trimestre après trimestre, malgré une croissance économique modérée.

C’est l’un des avantages de l’investissement dans ce type de produit : il ne dépend pas nécessairement d’une économie en pleine expansion pour prospérer. Il suffit que les sociétés soient en mesure de respecter leurs engagements en termes de paiement des intérêts et de remboursement du capital pour que les performances soient au rendez-vous. Dans ce contexte, il peut être très opportun d’envisager des investissements dans les obligations.

Vous désirez ajouter des obligations à votre portefeuille ? Vous vous demandez comment investir dedans ? Dans ce guide complet, je vous indique tout ce que vous devez savoir avant de vous lancer.

Qu’est-ce que des obligations en Bourse ?

Les obligations en Bourse représentent un instrument financier émis par une entreprise, un État ou une collectivité territoriale dans le but de lever des fonds sur les marchés financiers. Quand un investisseur acquiert une obligation, il octroie un prêt à l’émetteur.

En retour, celui-ci s’engage à verser des paiements d’intérêts réguliers, appelés coupons, et à rembourser le capital à la date d’échéance. L’endroit où les obligations sont négociées et achetées est connu sous le nom de « marché obligataire. »

En d’autres termes, par le biais de ce produit financier, vous devenez en quelque sorte le banquier de sociétés de renommées qui, en contrepartie, doivent payer des intérêts et procéder à un remboursement final. Rien de très différent de ce que nous faisons en nous endettant auprès de notre banque pour un crédit immobilier.

Quel est le cours d'une obligation ?

La valeur des obligations en Bourse est soumise à des variations déterminées par l’interaction entre l’offre, la demande et les taux directeurs établis par les Banques centrales, comme la BCE.

Il est important de faire une distinction entre les obligations à taux variable et celles à taux fixe, où le montant du coupon demeure constant tout au long de la durée de l’obligation, tandis que sa valeur fluctue. Lorsque les taux d’intérêt augmentent, de nouvelles obligations offrant des coupons plus élevés sont émises, ce qui attire en priorité les investisseurs.

Par conséquent, la valeur des obligations émises avant cette hausse des taux diminue. À l’inverse, lorsque les taux baissent, les obligations émises antérieurement deviennent plus attractives, entraînant ainsi une augmentation de leur valeur par rapport à celles émises après la chute des taux d’intérêt.

Les émetteurs d’obligations ont des besoins de financement variés, ce qui conduit à la création de différentes obligations, offrant aux épargnants la possibilité d’optimiser leurs investissements en fonction de leurs objectifs financiers.

Les obligations à taux fixe

Pour les obligations à taux fixe, le montant du coupon est prédéterminé et reste inchangé pendant toute la durée de l’obligation. Avant son acquisition, le souscripteur connaît à l’avance :

  • le montant d’émission ;
  • la valeur nominale ;
  • le taux périodique de rémunération.

Leur durée de vie peut être fixe ou variable. Certaines obligations offrent des rendements relativement modestes en échange d'un risque limité. C'est le cas par exemple des obligations d'État solides comme L'État allemand. Le taux de rendement OAT sur 10 ans est autour de 3 %, soit à peu près le taux du livret A. Attention, la valeur des obligations peut fluctuer et être volatile.

Les obligations à taux variable

Quant aux obligations à taux variable, leur valeur demeure constante, tandis que le montant du coupon fluctue en fonction des taux d’intérêt en vigueur.

Il existe des obligations qui sont indexées sur l'inflation et d’autres qui le sont sur des taux, généralement court terme comme l’EURIBOR 6 mois (taux du marché européen qui sert de référence pour les emprunts à taux variable à court terme).

Quelles sont les diverses catégories d’obligations ?

Il existe 4 catégories d’obligations en Bourse :

  1. Les obligations d’État sont émises par les gouvernements pour financer leurs dépenses publiques et sont généralement considérées comme moins risquées que les obligations d’entreprise.
  2. Les obligations d’entreprise sont émises par des sociétés pour financer leurs investissements, leurs projets de développement ou pour refinancer leur dette existante.

Parallèlement aux obligations d’État et d’entreprises, il existe différentes formes d'obligations :

  • les obligations classiques qui sont en général émises à 100, qui ont un taux d'intérêt fixe ou variable et qui sont remboursées à 100 ;
  • les obligations convertibles qui donnent la possibilité de convertir en action ;
  • les obligations perpétuelles sans date d’échéance ;
  • les obligations zéro coupon ;
  • les obligations subordonnées qui est remboursée en cas de liquidation de la société ;
  • les obligations indexées dont le coupon et le remboursement du capital restent indexés sur une valeur de référence.

Quelles sont les différentes caractéristiques d’une obligation ?

Avant d’investir dans des obligations en Bourse, il est important d’en maîtriser les caractéristiques et le lexique inhérent à ce type de produit financier.

Le rendement à échéance

Cela correspond au rendement que va obtenir l'investisseur s'il maintient son investissement jusqu'à l'échéance. Il peut gagner sur 2 plans :

  • les coupons perçus jusqu'à l'échéance ;
  • la valeur de remboursement qui peut être supérieure au prix auquel a été achetée l’obligation.

Par exemple, si une obligation est émise à 100 et qu’un investisseur achète ensuite à 90 avec la variation des prix de l’obligations, à l’échéance, il touchera 100 de remboursement et donc il aura gagné 10 points. Le rendement à l'échéance prend donc ces 2 parties de performance possibles.

Le coupon

Le coupon représente la rétribution versée aux porteurs d’obligations, habituellement de manière annuelle ou semestrielle, avec un montant pouvant être constant ou variable.

L'échéance

L'échéance renvoie à la date à laquelle l'obligation arrive à maturité. Si elle est dans 5 ans, cela signifie qu’à l’issue de ce délai, le détenteur de l'obligation sera remboursé de la valeur nominale.

La valeur nominale

C’est le montant du capital emprunté, correspondant à la valeur de l’obligation au moment de son émission.

Formation Offerte
formation offerte

APPRENEZ À INVESTIR POUR VOTRE AVENIR FINANCIER
(même en partant de zéro).

Comment sont notées les obligations ?

Les agences de notation évaluent la solvabilité des émetteurs en assignant des notations en fonction de leur capacité à respecter leurs engagements financiers. Leur rôle est de fournir aux investisseurs une estimation du risque de défaut de l’émetteur.

Les principales agences de notation, telles que Standard & Poor’s, Moody’s et Fitch, se basent sur une multitude de critères, tels que :

  • la qualité de la gestion ;
  • la santé financière de l’entreprise ;
  • le niveau d’endettement et la situation économique actuelle.

Il existe 2 classifications principales d’obligations : les investissements de qualité (Investment Grade) et les obligations à haut rendement (High Yield).

Les notations investment Grade (IG)

Les notations « Investment Grade » indiquent que la dette émise par l’entité présente un faible risque de défaut. Les investisseurs institutionnels, comme les fonds de pension ou les compagnies d’assurance, ont souvent des directives les obligeant à investir principalement, voire exclusivement, dans des actifs notés Investment Grade.

Les notations IG s’échelonnent de AAA (la meilleure note possible) à BBB- (ou Baa3 chez Moody’s). Voici une brève description de ces notations :

  • AAA, la plus haute qualité de crédit, avec un risque de défaut extrêmement faible ;
  • AA, très haute qualité de crédit, avec un risque de défaut très faible, bien que légèrement supérieur à celui des notes AAA ;
  • A, haute qualité de crédit, accompagnée d’un risque de défaut modéré ;
  • BBB, qualité de crédit satisfaisante, avec un risque de défaut modéré, mais plus élevé que les catégories AA et A.

Les notations High Yield (HY)

Également appelées « junk bonds » ou « obligations à haut rendement », les obligations High Yield font référence aux notations de crédit en dessous de l’Investment Grade. Ces dettes présentent un risque de défaut plus important mais en contrepartie, elles offrent généralement des rendements plus élevés pour compenser ce risque accru.

Les notations HY commencent à BB+ (ou Ba1 chez Moody’s) et vont jusqu’à D, qui indique un défaut de paiement.

Ce type d’obligations s’adressent à des profils plus offensifs avec des horizons à moyen terme (entre 5 et 10 ans).

Notation obligations
Notation des obligations en Bourse

Comment est déterminé le prix d'une obligation ?

Le rôle des taux d’intérêt directeurs sur les obligations en Bourse

Comme je l’évoquais précédemment, les taux directeurs jouent un rôle essentiel dans la détermination des prix des obligations, étant fixés par les banques centrales et servant de référence pour les taux d’intérêt sur le marché. Lorsque les taux directeurs augmentent, cela a tendance à provoquer une hausse des taux d’intérêt sur le marché obligataire.

L’impact de la prime de risque sur les obligations

Les obligations en Bourse, qui représentent des titres de dette émis par des entités telles que des entreprises ou des gouvernements, peuvent être catégorisées selon leur niveau de risque.

Les investisseurs ont tendance à comparer les rendements des obligations d’entreprise avec ceux des obligations considérées comme « sans risque », telles que celles émises par l’État allemand en Europe ou par le gouvernement américain aux États-Unis. Les variations de rendement reflètent ce que l’on appelle la prime de risque, c’est-à-dire la rémunération supplémentaire que les investisseurs exigent pour détenir des obligations plus risquées.

Plusieurs facteurs influencent cette prime de risque, notamment la santé financière de l’émetteur, les perspectives économiques, la liquidité de l’obligation, ainsi que les conditions du marché.

Un émetteur dont la santé financière est moins solide offrira une prime de risque plus importante dans le but d’attirer les investisseurs. Cela se traduira par une exigence de rendement plus élevée de la part des investisseurs et, par conséquent, par une baisse du prix de l’obligation.

Quel est l’intérêt d’acheter des obligations ?

Les obligations en Bourse offrent divers avantages aux investisseurs.

  • La réduction du risque : en général, les obligations sont moins sujettes à la volatilité que les actions. En mettant des obligations dans votre portefeuille d’investissement, vous réduisez le risque de perte globale.
  • L’amélioration de la diversification: en période de baisse des cours boursiers, il n’est pas rare que la valeur des obligations augmente, car les investisseurs se tournent vers des actifs moins risqués en cas de krach boursier. L’inclusion d’obligations dans votre portefeuille améliore donc la diversification de vos actifs.
  • La prévisibilité: les taux de rémunération des obligations sont fixes et connus à l’avance, ce qui diffère des dividendes des actions, qui sont incertains. En investissant dans des obligations, vous bénéficiez d’une meilleure visibilité sur le rendement de votre investissement.

Cependant, les obligations ne sont pas dépourvues d’inconvénients. Le principal concerne leur rentabilité, qui est généralement inférieure à celle des ETF en Bourse à long terme. Cependant, depuis 2022, les taux d’intérêt sont en hausse, ce qui améliore leur performance.

En effet, il est désormais courant de trouver des obligations affichant des rendements situés entre 3 % et 8 %, selon le type d’obligation et sa maturité. À ces taux, les obligations deviennent concurrentielles par rapport à d’autres instruments d’investissement tels que les livrets, avec des taux d’environ 3 %, les fonds en euros des assurances-vie, proposant des rendements de 1 à 3 %, et les SCPI, dont les rendements avoisinent les 5 %.

Ainsi, les obligations méritent à nouveau leur place dans votre portefeuille d’investissement. La hausse des taux d’intérêt ouvre de nombreuses opportunités sur le marché obligataire primaire, et certaines se présentent également sur le marché secondaire, où l’on trouve des obligations émises en 2022.

Maintenant que vous avez pris connaissance des opportunités qu’offrent les obligations en Bourse, il est temps d’examiner quel type choisir.

Quel type d’obligations en Bourse choisir ?

Investir dans les obligations via les fonds datés

La méthode la plus simple pour investir sur le marché obligataire consiste à le faire via un fonds d’investissement daté. Cela vous permettra d’accéder à un portefeuille diversifié d’obligations.

Les fonds obligataires datés disposent d’une date d’échéance prédéfinie.

Leur fonctionnement comporte 3 phases distinctes :

  1. La phase de collecte et de sélection des titres.
  2. La phase pendant laquelle le fonds perçoit les coupons des obligations et les redistribue aux épargnants.
  3. La phase de clôture, au cours de laquelle les obligations restantes sont vendues, et le fonds est fermé. À ce stade, le capital est restitué aux investisseurs.

Voici quelques exemples de fonds datés intéressants :

Le fonds Corum Butler (ISIN : IE000WOATID0), avec une échéance prévue en 2029. Il vise à générer un rendement supérieur à 5 % en investissant principalement dans des obligations d’entreprises. Vous pouvez investir dans ce fonds via Corum Life.

Historique fonds Corum Butler
Historique Fonds Corum Butler

Le fonds Sycoyield 2026 (ISIN : FR001400A6Y0), géré par Sycomore. Ce fonds est conçu pour arriver à échéance en 2026 et cherche à obtenir un rendement élevé en investissant dans des obligations d’entreprises à haut rendement (High Yield). Il est possible de souscrire à ce fonds via une assurance-vie Linxea.

Historique Fonds Sycoyield 2026
Historique Fonds Sycoyield 2026

Le fonds Pluvalca Credit Opportunities (ISIN : FR001400A1J2), géré par Arbeval. Son échéance est fixée à décembre 2028 et offre un objectif de rendement net non garanti de 4,50 %. Il est disponible sur l’assurance-vie Linxea.

Performance Fonds Pluvalca Credit Opportunities
Performance Fonds Pluvalca Credit Opportunities

Investir dans les obligations via les fonds evergreen

Investir dans les obligations en Bourse via les fonds evergreen peut s’avérer être une stratégie d’investissement efficace. Ces fonds sont gérés de manière active, ce qui signifie que les gestionnaires prennent des décisions pour composer le portefeuille et optimiser les rendements.

Voici les différentes étapes pour investir dans les obligations via des fonds evergreen.

  1. Évaluation de vos objectifs d’investissement : avant de commencer, définissez vos objectifs d’investissement, votre tolérance au risque et votre horizon d’investissement. Cela vous aidera à choisir le fonds qui correspond le mieux à vos besoins.
  2. Recherche de fonds : identifiez les fonds evergreen qui correspondent à vos critères. Vous pouvez le faire en consultant des sources d’informations financières, en utilisant des outils de recherche en ligne, ou en vous adressant à un conseiller financier.
  3. Sélection du fonds : une fois que vous avez identifié des fonds potentiels, examinez leur historique de performance, leurs frais, leur stratégie d’investissement et leur profil de risque. Choisissez celui qui correspond le mieux à vos besoins.
  4. Ouverture d’un compte d’investissement : si vous n’en avez pas déjà un, ouvrez un compte d’investissement auprès d’un courtier en ligne, d’une banque ou d’une société de gestion d’actifs. Assurez-vous que le compte est compatible avec l’achat de parts de fonds.
  5. Achat de parts du fonds : une fois votre compte ouvert, passez des ordres d’achat pour les parts du fonds evergreen que vous avez sélectionné. Vous pouvez généralement en acheter directement via votre compte d’investissement.
  6. Surveillance de votre investissement : suivez régulièrement la performance de votre investissement et ajustez-le si nécessaire en fonction de vos objectifs et des conditions du marché.
  7. Réinvestissement des coupons : la plupart des fonds obligataires versent des coupons (intérêts) périodiquement. Vous avez généralement le choix de recevoir ces paiements en espèces ou de les réinvestir automatiquement pour acheter plus de parts du fonds.
  8. Diversification : pour réduire le risque, envisagez de diversifier votre portefeuille en incluant différents types d’obligations (d’État, d’entreprises, municipales, etc.) et en répartissant vos investissements sur plusieurs fonds.

Investir dans les obligations via des ETF

Les ETF, également connus sous le nom de trackers, sont des fonds d’investissement offrant des frais réduits. Ils vous permettent de diversifier efficacement votre portefeuille d’investissement à un coût presque négligeable. La plupart des ETF obligataires ont des frais de gestion de moins de 0,3 % par an, et les plus économiques peuvent même être de l’ordre de 0,1 % par an.

Les ETF sont regroupés en catégories et sous-catégories en fonction des classes d’actifs. Ainsi, vous pouvez trouver des ETF investissant dans des obligations d’État européennes, offrant un niveau de risque relativement faible, tout comme des ETF investissant dans des obligations d’entreprises à haut rendement, qui sont plus volatiles. Il vous appartient de faire votre sélection en fonction de vos objectifs d’investissement.

Vous pouvez acheter des ETF obligataires à partir d’un compte-titres, et dans certains cas, les inclure dans des assurances-vie et plans d’épargne retraite (PER), bien que les options puissent être plus limitées.

Investir dans les obligations en Bourse via des ETF datés

Investir dans les obligations en Bourse via des ETF datés représente une autre façon de gérer un portefeuille d’obligations avec une échéance préétablie. Ainsi, les ETF datés sont conçus pour suivre la performance d’un panier d’obligations ayant une date d’échéance commune.

Cela offre l’avantage de la simplicité, de la diversification et de la gestion automatique des échéances. Vous pouvez choisir l’ETF qui correspond à votre horizon de temps, que vous souhaitiez investir à court terme ou à long terme.

Cependant, gardez à l’esprit qu’il existe des frais associés à la détention d’ETF, alors assurez-vous de comprendre ces coûts avant de prendre une décision d’investissement.

Voici quelques exemples d’ETF obligataires datés intéressants :

  • iShares iBonds Dec 2025 Term EUR Corporate UCITS ETF EUR (Acc) – ISIN : IE000GUOATN7 ;
  • iShares iBonds Dec 2026 Term EUR Corporate UCITS ETF EUR (Acc) – ISIN : IE000SIZJ2B2 ;
  • iShares iBonds Dec 2027 Term EUR Corporate UCITS ETF EUR (Acc) – ISIN : IE000ZOI8OK5 ;
  • iShares iBonds Dec 2028 Term EUR Corporate UCITS ETF EUR (Acc) – ISIN : IE0008UEVOE0.

Investir dans les obligations en Bourse en direct

En tant qu’investisseur particulier, vous avez la possibilité d’acheter des obligations individuelles lorsqu’elles sont cotées en Bourse. La détention d’obligations sous forme de titres vifs présente l’avantage de pouvoir les conserver jusqu’à leur échéance.

Par exemple, un ETF d’obligations avec une maturité de 3 à 5 ans pourrait vendre une obligation dès que sa maturité passe en dessous de 3 ans pour en acquérir une autre. Lors de cette opération, le fonds peut réaliser un gain en capital ou une perte en capital. En conservant une obligation jusqu’à son échéance, vous vous assurez de ne pas réaliser de perte en capital (sous réserve que l’émetteur ne fasse pas défaut), ce qui en fait une option moins risquée.

Cependant, acheter des obligations par vous-même peut être relativement contraignant. Le montant minimal par transaction est généralement de 1000 €, 10 000 € ou 100 000 €, et les courtiers en ligne n’offrent pas toujours une large gamme d’obligations. Pour avoir un plus grand choix, je vous recommande d’envisager Saxo. Bien que ce ne soit pas le courtier le moins cher, il offre davantage de possibilités.

Voici un échantillon des obligations en Bourse disponibles chez Saxo :

obligations en bourse Saxo
Exemples d’obligations en Bourse sur Saxo

Depuis peu, vous pouvez aussi acquérir des obligations avec Trade Republic en achetant des obligations fractionnées dès 1 €. Ainsi, Trade Republic se révèle être un courtier idéal pour ceux ayant un budget d’investissement limité souhaitant investir dans ce type de produits financiers.

Fonds datés
ETF obligataire
ETF obligataire daté
Frais
≈ 1,5 % / an
0,15 % / an
0,15 % / an
Distribution
Capitalisant
Capitalisant / Distribuant
Capitalisant / Distribuant
Fiscalité
Assurance-vie
Compte-titres / Assurance-vie
Compte-titres
Rendement brut
≈ 4-7 % / an
≈ 4-8 % / an
≈ 4-5 % / an
Rendement net
≈ 4-7 % / an
≈ 4-8 % / an
≈ 3-4 % / an
Contraintes
Choix limité
Forte volatilité + obligations non-maintenues à maturité
Non disponible en assurance-vie
Bilan
🟢 Épargne Moyen-terme
🟠 Profils + offensifs
🟠  Uniquement sur CTO

Avec quelle enveloppe fiscale investir dans des obligations en Bourse ?

Vous avez plusieurs options d’enveloppes fiscales pour investir dans des obligations en Bourse. Ce choix s’effectue en fonction de votre situation financière et de vos objectifs d’investissement.

Les obligations sur Compte-Titres Ordinaire (CTO)

Le compte-titres ordinaire est couramment utilisé pour investir dans des obligations en Bourse. Les revenus générés par vos obligations, tels que les intérêts et les gains en capital, sont soumis à l’impôt sur le revenu. Vous devez déclarer ces revenus dans votre déclaration fiscale annuelle.

Les obligations sur Assurance-Vie

Vous pouvez également investir dans des obligations en Bourse via un contrat d’assurance-vie. Les gains réalisés dans le cadre d’une assurance-vie peuvent être exonérés d’impôt sur le revenu, sous certaines conditions. Cela en fait l’enveloppe idéale pour investir dans des fonds obligataires.

Les obligations sur Plan d’Épargne Retraite (PER)

Le Plan d’Épargne Retraite est une enveloppe fiscale conçue spécifiquement pour l’épargne en vue de la retraite. Vous pouvez investir dans des obligations via un PER individuel ou un PER d’entreprise.

Les cotisations versées sur un PER sont déductibles de votre revenu imposable, ce qui peut réduire votre impôt sur le revenu. Cependant, les revenus générés dans le cadre du PER sont soumis à l’impôt au moment de la retraite.

Les obligations sur PEA (Plan d’Épargne en Actions)

Le PEA offre la possibilité d’investir dans un seul ETF obligataire à l’heure actuelle : l’ETF Lyxor PEA Obligations d’État Euro UCITS ETF — Acc. Attention, ses performances laissent à désirer ! Vous l’avez compris, ce n’est pas l’enveloppe fiscale à privilégier pour ce type d’investissement.

Dans quelles obligations investir ?

Comme je vous l’indiquais au début de ce guide, il existe différentes catégories d’obligations. Votre sélection doit donc prendre en compte vos objectifs et votre profil d’investisseur.

Ainsi, vous pouvez opter pour des obligations d’État, qui sont moins risquées, des obligations d’entreprises, réputées pour leurs performances, voire des obligations à haut rendement (high yield).

Concrètement, découvrez 3 exemples d’obligations qui se démarquent actuellement.

1. Les obligations Picard

Les obligations Picard, avec un rendement de 8,08 % et une échéance en 2026, offrent un attrait considérable. L’entreprise a l’intention d’utiliser ces fonds pour lancer de nouveaux magasins et développer son empreinte en ligne.

Cette expansion, tant physique que numérique, témoigne de l’engagement de Picard à rester compétitif sur le marché en constante évolution de la vente au détail.

2. Les obligations Renault

Renault, avec des obligations offrant un rendement de 5,32 % et une échéance en 2026, propose également une opportunité d’investissement intéressante. Les fonds levés grâce à ces obligations seront principalement dédiés au financement de la technologie électrique.

Dans le contexte de la transition vers des véhicules plus respectueux de l’environnement, cette initiative de Renault démontre sa vision d’avenir et sa volonté de rester en tête de l’industrie automobile.

3. Les obligations Burger King

Les obligations Burger King, avec un rendement élevé de 8,9 % et une échéance en 2027, méritent une attention particulière. La société a entrepris la transformation des restaurants Quick en enseignes Burger King, et ces obligations contribueront à soutenir ce processus. Le succès continu de cette transformation pourrait renforcer la position de Burger King sur le marché de la restauration rapide.

Formation Offerte
formation offerte

APPRENEZ À INVESTIR POUR VOTRE AVENIR FINANCIER
(même en partant de zéro).

Comment choisir les obligations sur lesquelles investir ?

Les obligations en Bourse restent généralement considérées comme des investissements présentant un certain niveau de risque. En effet, il n’existe aucune garantie en ce qui concerne la performance ou le remboursement du capital investi. À l’échéance, le remboursement de l’obligation repose sur la capacité financière de l’émetteur.

Pendant la durée de vie de l’obligation, le niveau de risque est influencé par le prix de revente sur le marché ou la facilité à trouver un acquéreur.

Pour faire des choix éclairés en matière d’obligations, il est essentiel de prendre en considération certains critères tels que :

  • la sélection d’une durée d’investissement appropriée en fonction de ses objectifs financiers ;
  • l’obtention pour un type d’obligation en adéquation avec sa tolérance au risque ;
  • la diversification des obligations détenues afin de réduire les risques.

À quel moment investir dans des obligations en Bourse ?

À mon avis, les obligations en Bourse se prêtent particulièrement bien à 2 objectifs spécifiques.

1.Renforcer sa sécurité financière avec des obligations.

L’épargne de précaution représente la partie de vos économies destinées à faire face à des situations difficiles telles qu’une perte d’emploi, des problèmes de santé ou des besoins financiers ponctuels en période de crise. Pour être efficace, elle doit être facilement accessible et présenter un niveau de risque minimal.

Les fonds en euros d’une assurance-vie, avec leur garantie en capital ou un livret A au plafond, constituent un choix judicieux.

Une fois cette étape franchie, vous pouvez consolider votre sécurité financière en vous constituant une épargne à moyen terme en investissant dans les obligations. 

Cela permet de réaliser un double avantage :

  1. Les taux d’intérêt des obligations sont actuellement plus élevés que le rendement des fonds en euros.
  2. De nombreux contrats d’assurance-vie offrent un taux bonifié sur le fonds en euros si vous investissez une proportion minimale d’unités de compte, parmi lesquelles figurent les fonds obligataires. 

2. Investir à court terme avec des obligations

Si vous avez un projet d’investissement à court terme pour investir dans l’immobilier, par exemple, les obligations peuvent constituer une excellente alternative aux comptes à terme ou aux livrets d’épargne.

Dans ce cas, vous pouvez acquérir une ou plusieurs obligations en Bourse dont l’échéance correspond à la période envisagée pour votre projet.

Quels sont les risques d'une obligation ?

Comme expliqué précédemment, l’investissement dans des obligations en Bourse comporte plusieurs risques importants qu’il est essentiel de prendre en compte :

1.   Le risque de perte en capital

Le risque de perte en capital se réfère à la possibilité que l’investisseur subisse une diminution de la valeur de son investissement initial. Il est inhérent à la plupart des investissements, y compris les obligations, et il est important de le comprendre pour évaluer le potentiel de perte associé à la détention d’obligations.

2.   Le risque de contrepartie ou de défaut de l’émetteur

C’est le risque principal associé à un investissement en obligations. Tout comme une banque évalue la capacité d’un emprunteur à rembourser un prêt, vous devez évaluer le risque de faillite de l’entreprise ou du pays qui émet l’obligation. Plus l’échéance de l’obligation est lointaine, plus le risque de défaut est statistiquement élevé en raison de la durée du prêt.

Une obligation à échéance de 3 ans est donc moins risquée qu’une obligation du même émetteur à 10 ans. Il est également essentiel de prendre en considération le risque de change si l’obligation est émise dans une devise étrangère, car les taux de change peuvent avoir un impact significatif sur le rendement.

Pour évaluer et gérer le risque de contrepartie dans les investissements en obligations en Bourse, les investisseurs peuvent prendre plusieurs mesures :

  • analyser la qualité de crédit de l’émetteur qui implique de surveiller les notations de crédit et d’évaluer la santé financière de l’émetteur ;
  • diversifier pour éviter de concentrer ses investissements en obligations sur un seul émetteur ou secteur ;
  • utiliser des obligations d’État qui sont généralement considérées comme moins risquées en termes de contrepartie, car elles sont émises par des gouvernements avec le pouvoir de lever des impôts pour honorer leurs obligations ;
  • se servir des obligations qui sont garanties par des actifs tangibles ou d’autres garanties ;
  • suivre de près les évolutions de l’émetteur.

En fin de compte, la gestion du risque de contrepartie est essentielle pour les investissements en obligations en Bourse, car elle peut avoir un impact significatif sur la rentabilité d’un portefeuille. Les investisseurs doivent être conscients qu’il reste associé à chaque obligation.

3.   Le risque de taux d’intérêt

Les prix des obligations en circulation sont sensibles aux variations des taux d’intérêt du marché. Lorsqu’ils augmentent, les prix des obligations en circulation diminuent, entraînant une perte en capital pour les détenteurs d’obligations. À l’inverse, lorsqu’ils diminuent, les obligations existantes deviennent plus attrayantes, ce qui fait augmenter leur valeur.

4. Le risque de crédit

Le risque de crédit concerne la capacité de l’émetteur d’une obligation à rembourser le capital et à verser les intérêts. Si l’émetteur fait défaut ou est incapable de payer ses dettes, les détenteurs d’obligations en Boure subissent des pertes. Ce risque est étroitement lié à la qualité de crédit de l’émetteur et varie d’une obligation à l’autre.

5. Le risque de liquidité

Le risque de liquidité concerne la facilité avec laquelle une obligation peut être achetée ou vendue sur le marché. Les obligations moins liquides peuvent être difficiles à vendre à un prix équitable, en particulier en période de volatilité financière. Les obligations émises par des entités moins connues ou moins solvables peuvent présenter un risque de liquidité plus élevé.

6. Le risque de réinvestissement

Le risque de réinvestissement est associé à la possibilité que les taux d’intérêt diminuent au moment où les investisseurs doivent réinvestir les intérêts reçus ou le capital remboursé à l’échéance des obligations. Si les taux d’intérêt sont bas, les investisseurs peuvent être contraints de réinvestir à des rendements moins élevés, ce qui peut affecter leur rendement global.

7. Le risque de change

Le risque de change, également connu sous le nom de risque de devises, est associé aux investissements en obligations émises dans une devise étrangère. Il se produit lorsque l’investisseur achète une obligation libellée dans une devise différente de sa devise de base, et le risque réside dans les fluctuations des taux de change entre ces 2 devises.

Le risque de change peut affecter les investissements en obligations de plusieurs manières.

  1. Impact sur le rendement : si la devise dans laquelle l’obligation est libellée perd de la valeur par rapport à la devise de base de l’investisseur, cela peut réduire le rendement de l’investissement. Par exemple, si un investisseur en euros détient une obligation en dollars américains et que l’euro s’apprécie par rapport au dollar, la conversion des paiements d’intérêts ou du capital en euros peut entraîner une perte de rendement.
  2. Risque de change à l’échéance : lorsque l’obligation arrive à échéance, l’investisseur peut être confronté au risque de change s’il convertit le paiement en devises étrangères en sa propre devise. Si la devise étrangère s’est affaiblie par rapport à sa devise de base, il peut subir une perte de capital lors du remboursement.
  3. Risque de change lors de la vente : si l’investisseur décide de vendre l’obligation sur le marché secondaire avant son échéance, il peut être exposé à des fluctuations des taux de change qui affectent le prix de vente de l’obligation.

8. Le risque lié aux obligations à haut rendement

Le risque lié aux obligations à haut rendement, souvent appelées « High Yield Bonds » ou « junk bonds » en anglais, est un aspect important à prendre en compte lors de l’investissement dans ces types d’obligations.

Les obligations à haut rendement sont des titres de dette émis par des entreprises ou des émetteurs dont la qualité de crédit est considérée comme inférieure à celle des émetteurs « Investment Grade. » Ce risque est associé aux caractéristiques spécifiques de ces obligations.

En d’autres termes, les obligations à haut rendement offrent des performances potentielles plus élevés, mais elles sont accompagnées d’un risque accru de défaut de paiement en raison de la qualité de crédit inférieure des émetteurs.

Quelle stratégie adopter pour investir dans les obligations ?

Si vous désirez investir dans des obligations en Bourse, sachez qu’il existe différentes approches stratégiques à mettre en place en fonction de vos objectifs et de votre profil d’investisseur.

Gestion active et gestion passive des obligations en Bourse

La gestion active se caractérise par une implication directe des investisseurs et des gestionnaires de portefeuille dans la sélection et la gestion actives des obligations en Bourse, dans le but de surpasser la performance d’un indice de référence.

Cela s’effectue en ajustant la composition et le poids des obligations au sein du portefeuille en réponse aux conditions du marché, aux perspectives économiques et aux niveaux de risque spécifiques.

En revanche, la gestion passive consiste simplement à suivre un indice obligataire préétabli, avec pour objectif de reproduire sa performance.

Cette approche est souvent plus économique et moins complexe que la gestion active. Les fonds indiciels et les ETF (fonds négociés en bourse) sont des exemples courants de gestion passive dans les investissements obligataires.

Couverture contre la hausse des taux (hedging)

La couverture implique l’utilisation de divers instruments financiers ou stratégies pour atténuer le risque de pertes en cas de mouvements défavorables du marché, tels que des hausses des taux d’intérêt.

En effet, une hausse des taux peut entraîner une diminution de la valeur des obligations existantes dans le portefeuille. Les investisseurs peuvent se prémunir contre ce risque en utilisant des contrats à terme, des options sur taux d’intérêt ou des swaps.

Stratégie ladder

La stratégie de l’échelle, ou stratégie ladder, consiste à construire un portefeuille d’obligations avec des échéances réparties sur une période donnée, souvent plusieurs années.

Cette pratique vise à minimiser l’impact des fluctuations des taux d’intérêt et à renforcer la diversification du portefeuille. À chaque échéance d’une obligation, les investisseurs peuvent réinvestir les fonds dans une nouvelle obligation ayant une échéance plus longue, de manière à maintenir une répartition équilibrée.

En investissant dans des obligations à différentes échéances, les investisseurs bénéficient d’une protection contre les variations des taux d’intérêt et peuvent espérer un rendement relativement stable.

De plus, cette stratégie offre une certaine liquidité, car une partie du portefeuille arrive à échéance de manière régulière, ce qui fournit des fonds pouvant être réinvestis ou utilisés à d’autres fins.

Stratégie Ladder
Obligations en Bourse -Stratégie ladder

Quelle est l’allocation globale de portefeuille avec des obligations ?

La diversification de son portefeuille

La diversification revêt une importance cruciale dans la gestion de portefeuille, car elle permet de répartir les risques entre différentes catégories d’actifs et de prévenir les fluctuations de performance qui peuvent découler d’une concentration sur un seul type d’investissement.

Les obligations en Bourse, en tant qu’instruments à revenu fixe, offrent la possibilité de réaliser des rendements plus stables et moins volatils que les actions, tout en générant des revenus réguliers. En intégrant une portion d’obligations à votre portefeuille, vous pouvez ainsi diversifier vos investissements et réduire le risque global.

Allocation en fonction de l’horizon d’investissement et de la tolérance au risque

L’allocation des obligations en Bourse dans un portefeuille dépend de l’horizon d’investissement et de la tolérance au risque de chaque investisseur. Pour ceux ayant un horizon d’investissement à long terme et une tolérance élevée au risque, il peut être approprié d’allouer une part plus importante à des actifs plus risqués.

En revanche, pour les investisseurs préférant minimiser les risques ou ayant un horizon d’investissement court, une plus grande allocation en obligations peut s’avérer préférable.

Il est également possible d’accroître la diversification de l’allocation en obligations en répartissant les investissements entre les obligations d’État et les obligations d’entreprise, ainsi qu’entre différentes régions.

Le portefeuille 60-40 (60 % en actions et 40 % en obligations) va probablement revenir sur le devant de la scène. C'est en quelque sorte une référence en investissement pour un profil un peu modéré.

Rééquilibrage périodique du portefeuille

Le rééquilibrage constitue une étape essentielle pour maintenir la répartition d’actifs souhaitée et gérer efficacement les risques. Il implique la vente d’actifs ayant surperformé et l’achat d’actifs ayant sous-performé, de manière à ramener la répartition des actifs à son niveau initial.

Cette stratégie permet de garantir que l’exposition aux diverses catégories d’actifs reste cohérente avec les objectifs initiaux et la tolérance au risque de l’investisseur.

Le rééquilibrage périodique du portefeuille revêt une importance particulière en ce qui concerne les obligations en Bourse, car les conditions du marché et les taux d’intérêt peuvent évoluer et influencer les rendements obligataires.

Par conséquent, il est impératif de surveiller régulièrement et d’ajuster l’allocation en obligations en fonction de l’évolution des marchés et des objectifs de l’investisseur.

Est-ce le moment d’investir en obligations ?

La hausse historique des taux d’intérêt des banques centrales au cours des derniers mois en réponse à l’inflation galopante, le ralentissement économique et l’instabilité due à la hausse des prix ont accru le risque pour les entreprises.

Autrement dit, prêter aux entreprises est devenu plus risqué et donc plus rémunérateur. Les investisseurs observent actuellement des rendements jamais atteints depuis plus de 10 ans, à l’exception d’une légère augmentation pendant la période de la pandémie de COVID-19. 

Autrement dit, il existe une vraie fenêtre de tir actuellement pour investir dans les obligations en Bourse.

En bref, le marché des obligations en Bourse représente à nouveau une opportunité pour vos investissements. En revanche, il reste vaste et complexe, ce qui exige d’avoir un niveau de connaissance suffisant avant de se lancer dessus. Voici un récapitulatif des poins essentiels. 

Obligations en Bourse

Si après la lecture de ce guide, vous désirez aller encore plus loin, n’hésitez pas à profiter de ma formation offerte en Bourse.

Formation Offerte
formation offerte

APPRENEZ À INVESTIR POUR VOTRE AVENIR FINANCIER
(même en partant de zéro).

Pour acquérir une obligation à partir d’un compte-titres, il vous suffit de placer un ordre boursier via la plateforme de votre courtier, de la même manière que vous le feriez pour l’achat d’une action.

L’achat d’obligations n’est possible qu’à partir d’un compte-titres standard. Cependant, vous avez également la possibilité d’investir dans des obligations en utilisant une assurance-vie ou un Plan d’Épargne Retraite (PER) via des fonds ou des ETF.

En règle générale, les obligations les plus lucratives sont celles qui présentent la maturité la plus longue et dont l’émetteur affiche une situation financière plus précaire, comme les États émergents ou les entreprises en difficulté. Cependant, il est essentiel de noter que ces actifs comportent un risque significatif de défaut et/ou de fluctuation des taux de change. L'investissement dans des fonds datés sur assurance-vie restent la meilleure alternative. 

Le contexte économique actuel a permis d’observer une hausse significative des rendements des obligations. Il semble donc opportun d’en acquérir en 2024.

Les ETF obligataires sont des instruments d’investissement conçus pour reproduire la performance d’un indice obligataire donné. Ils représentent une méthode simple et diversifiée pour investir dans un vaste portefeuille d’obligations, éliminant ainsi la nécessité d’acquérir chaque obligation individuellement. De plus, ces ETF obligataires peuvent être négociés sur le marché secondaire de la même manière que les actions, offrant ainsi une accessibilité accrue et une liquidité appréciable pour les investisseurs.

4 commentaires

  1. Incroyablement bien documenté , impeccable pour ceux désireux dans savoir plus sur les obligations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Investir comporte des risques. S’investir n’est pas responsable de la qualité des produits ou services présentés sur cette page et ne pourrait être tenu responsable, directement ou indirectement, par tout dommage ou perte causés suite à l’utilisation d’un bien ou service mis en avant dans cet article. Les investissements liés aux cryptoactifs, aux actions ou autre sont risqués par nature, les lecteurs doivent faire leurs propres recherches avant d’entreprendre toute action et n’investir que dans les limites de leurs capacités financières. Ce contenu n’est pas un conseil en investissement, comme tous les autres contenus de S’investir.

Ce qu’il faut savoir sur les liens d’affiliation. Cette page peut présenter des services ou des produits relatifs aux investissements. Certains liens présents dans cet article sont affiliés. Cela signifie que si vous achetez un produit ou que vous vous inscrivez sur un site depuis cet article, le partenaire nous reverse une commission. Cela permet à S’investir de financer notre travail, nous permettant de continuer à vous proposer des contenus utiles. Il n’y a aucune incidence vous concernant et vous pouvez même obtenir un bonus en utilisant nos liens.

Téléchargez mon livre gratuitement en PDF
Trade republic
> Voir l’offre en cours
Linxea parrainage
> Voir l’offre en cours

Ces articles vont vous intéresser :