Crise de l’épargne en France en 2024 : à quoi faut-il s’attendre ?

Découvrez les enjeux liés à la crise de l’épargne en France en 2024 et les mesures à prendre pour préserver votre avenir financier sans rien attendre de l’État.
Picture of Matthieu Louvet
Matthieu Louvet
Crise financière France
Table des matières
Formation 100% offerte

Apprendre à investir en Bourse, protéger votre avenir financier et générer des revenus passifs
(même en partant de zéro et sans connaissance).
OFFERT

Dans nos esprits, nous avons souvent considéré notre épargne comme un pilier essentiel de notre sécurité financière. Cependant, ces derniers mois, nous avons assisté à l’émergence d’une tendance préoccupante. Il s’agit d’une crise de l’épargne qui remet en question la capacité des Français à préparer leur avenir financier et qui engendre une perte de confiance chez les épargnants.

Malgré un contexte marqué par l’inflation, une retraite à l’âge de 64 ans, des pensions en baisse et un manque d’éducation financière, une grande partie des Françaises et des Français continuent à économiser. Néanmoins, la majorité de cet argent est placé sur des comptes courants qui ne génèrent aucun rendement, ou encore des livrets d’épargne réglementés tels que le Livret A, qui entraînent une perte de pouvoir d’achat.

L’inflation, caractérisée par un taux de plus de 5 % en Europe, les incertitudes géopolitiques et les menaces d’une récession nous amènent à remettre en question le modèle traditionnel d’épargne réglementée.

Vous vous demandez comment assurer votre avenir financier en épargnant efficacement dans un contexte de crise ? Dans cet article, j’établis un état des lieux de la situation actuelle et je vous indique comment préparer des lendemains sereins.

Retrouvez cet article au format vidéo :

Crise de l’épargne en France : les produits réglementés

En examinant les données de la Banque de France dans ce contexte de crise de l’épargne, on peut constater que la plupart des placements financiers des ménages français sont orientés vers des produits réglementés.

Les produits de taux

Pour avoir une vue d’ensemble de l’épargne des ménages français, prenons en considération un total d’approximativement 6 000 milliards d’euros d’encours. Sur ces 6 000 milliards d’euros, environ 900 milliards sont investis dans des produits réglementés, tels que le livret A, le Livret de Développement Durable et Solidaire (LDDS), le Livret d’Épargne Populaire (LEP), etc.

La grande majorité des placements financiers des Français bénéficient donc d’un taux fixe, c’est-à-dire qu’ils génèrent des intérêts prédéfinis. Ces produits financiers comprennent les comptes courants, qui rapportent très peu ou rien, aux épargnants, mais qui restent profitables pour les banques, car elles utilisent ces fonds pour leurs opérations. Actuellement, environ 782 milliards d’euros demeurent en sommeil, perdant progressivement de leur valeur en raison de l’inflation.

Ensuite, il y a les dépôts bancaires rémunérés, principalement issus de l’épargne réglementée, mais également d’autres types tels que les comptes à terme et les livrets plus classiques.

En outre, une petite portion des investissements se compose d’Organismes de Placement Collectif (OPC) monétaires et de nombreux fonds euros d’assurance-vie, qui atteignent un total de 1 478 milliards d’euros.

Par ailleurs, la majeure partie de l’épargne, environ 61 %, soit 3 677 milliards d’euros sur presque 6 000 milliards, est investie dans des produits à taux fixe, qui sont susceptibles de ne pas battre l’inflation sur le long terme. Ceux-ci ne contribuent pas vraiment à la croissance du patrimoine ni à la performance financière.

En ces temps de crise de l’épargne, les livrets A et les LDDS constituent 15 % des économies des ménages. Il est évident que beaucoup plus de personnes détiennent un livret A au plafond que des assurances-vie, avec environ 55 millions de détenteurs de Livret A, couvrant ainsi près de 81 % de la population française.

En revanche, les fonds euros et les assurances-vie, bien que moins répandus en termes de détenteurs, représentent un encours financier beaucoup plus important.

Crise de l'épargne
Crise de l’épargne — Les produits de taux

Pourtant, lorsque l’on souhaite dynamiser son épargne, surpasser l’inflation et obtenir de meilleures performances financières, il est nécessaire de se tourner vers des produits présentant un peu plus de risques et des horizons de placement à plus long terme.

Les fonds propres

C’est à ce stade que nous observons les produits de fonds propres, qui totalisent 2 210 milliards d’euros, ce qui équivaut à environ 37 % de l’épargne financière globale.

Ces produits se composent d’actions cotées et non cotées. Ils comportent une part conséquente d’actions non cotées, ainsi que d’autres formes de participations, telles que les investissements en private equity et les parts détenues par les dirigeants d’entreprises.

L’assurance-vie joue également un rôle essentiel dans cette répartition, avec des unités de compte et d’autres actions possédées de manière indirecte. Par exemple, les unités de compte en assurance-vie représentent 461 milliards, tandis que les fonds en euros atteignent 1 478 milliards, ce qui témoigne que 79 % de l’épargne en assurance-vie est investie dans des fonds en euros, c’est-à-dire des placements qui ne génèrent pas des rendements significatifs et qui n’offrent pas une protection contre l’inflation.

Seulement 21 % sont investis dans des unités de compte, et il serait pertinent d’approfondir la question pour savoir lesquelles sont réellement utilisées. S’agit-il d’unités de compte recommandées par les banquiers ou les conseillers en gestion de patrimoine non indépendants, qui peuvent être chargées de frais réduisant sensiblement la performance à long terme, ou bien s’agit-il d’unités de compte telles que les ETF (Exchange-Traded Funds) ou d’autres options qui sont véritablement dans l’intérêt de l’épargnant ?

Ainsi, à travers ce tableau, nous pouvons prendre conscience de la crise de l’épargne en France. Nous constatons une abondance de liquidités, notamment dans les dépôts à vue, qui représentent 782 milliards d’euros.

Fonds Propres
Crise de l’épargne — Les fonds propres

Le comportement des épargnants dans un contexte de crise

Une analyse plus approfondie nous permet d’explorer le comportement des ménages français dans un contexte de crise de l’épargne et de la COVID-19.

L’encours du livret A et du LDDS

Ici, nous examinons l’encours sur le livret A et le LDDS. Ces 2 types de placements sont très similaires : ils ne sont pas soumis à la fiscalité, sont garantis par l’État et offrent une grande liquidité. Il est intéressant de noter que l’encours moyen d’un livret A demeure actuellement de 6 350 € par personne.

Flux et encours annuels du livret A et du LDDS
Flux et encours annuels du livret A te du LDDS - Source Caisses des dépôts

Ce tableau révèle un fait marquant : en 2020, l’encours cumulé des Livrets A et des LDDS a augmenté de 9,1 %.

Les années précédentes, cette croissance était généralement autour de 5 %, voire parfois enregistrant des années de décollecte, marquées par une diminution des fonds déposés sur ces livrets.

Cela signifie que pendant la crise de la COVID-19, de nombreuses personnes ont massivement épargné. Cela est également illustré par le taux d’épargne, qui a connu une hausse importante en 2020, se situant actuellement aux environs de 17 %, dépassant ainsi sa moyenne historique qui est d’environ 15 %.

Taux épargne en France
Taux d’épargne en France

L’épargne sur compte courant

Un autre phénomène intéressant à noter est que pendant la pandémie, de nombreuses personnes ont préféré épargner beaucoup d’argent sur des comptes courants, un produit qui ne rapporte pratiquement rien, sauf aux banques.

Cependant, lorsque le taux du livret A est passé à 3 % en janvier 2023, nous avons assisté à un transfert des dépôts des comptes courants vers les livrets A, qui offraient un meilleur rendement.

Néanmoins, l’inconvénient est que le taux du livret A a été gelé à 3 %, alors qu’il aurait dû augmenter selon une méthode de calcul spécifique, qui repose sur la moyenne arithmétique des taux à court terme en euros, tels que le taux € ster, et sur l’inflation en France, mesurée par la variation semestrielle sur les 12 derniers mois, hors tabac.

Selon ce calcul, le taux du livret A aurait dû passer à 4,1 % en août 2023. Cependant, cela n’a pas été le cas, car il a été maintenu à 3 %. Cette décision reste principalement politique.

Flux encours livret A LDDS 2022-2023
Flux et encours du livret A et ldds de 2022 à 2023 - Source Caisses des dépôts

En fin de compte, sur les livrets A et les LDDS, dont l’encours total atteint 550 milliards d’euros, au lieu de rémunérer ces placements à 4,1 %, conformément au calcul, ils sont actuellement rétribués à 3 %. Cela représente un manque à gagner de 6 milliards d’euros pour les épargnants français.

Les stratégies à mettre en place pour faire face à la crise de l’épargne

Dans tous les cas, il est essentiel de ne pas s’apitoyer sur son sort, mais de prendre en main son avenir financier en mettant en place des stratégies efficaces pour son épargne.

Historiquement, le livret A n’a pas offert de rendements supérieurs à l’inflation. Depuis 1950, par exemple, il a généré un taux moyen de -0,95 % par an, net de l’inflation. Depuis 1900, ce taux est encore plus bas, s’établissant à -3,9 %, net de l’inflation.

Livret A net d’inflation depuis 1900
Crise de l'épargne - Livret A net d’inflation depuis 1900

En comparant le taux d’inflation avec le taux du livret A, on constate de nombreuses périodes où l’inflation a dépassé largement le taux du livret A.

Livret A vs inflation 1900
Crise de l'épargne - Taux annuel du livret A vs taux d’inflation depuis 1900

Actuellement, nous observons une tendance similaire, avec une inflation en hausse, ce qui met en lumière la faiblesse du rendement du livret A.

Taux annuel du livret A vs taux d’inflation depuis 30 ans
Crise de l'épargne - Taux du livret A vs taux d’inflation depuis 30 ans

Toutefois, cela ne signifie pas que le Livret A est à éviter. Il reste une option valable pour une épargne de précaution à court terme, et peut servir de point de départ pour commencer à économiser.

Cependant, il devient rapidement limité pour la constitution d’un patrimoine financier à long terme. C’est pourquoi, il demeure essentiel de diversifier au-delà des comptes réglementés, tels que le livret A, le LDDS, ou le livret Jeune, dont les taux sont similaires.

Cela s’applique encore plus au Plan d’Épargne Logement (PEL), actuellement à 2 %, ce qui, une fois déduite la fiscalité, se traduit par un rendement net de 1,4 % avant inflation.

Par ailleurs, en France, nous avons une large tendance à nous laisser assister par l’État en croyant à tort qu’il va s’occuper de tout pour nous, notamment pour la retraite.

Néanmoins, nous comprenons petit à petit que notre système de retraite est de moins en moins viable et qu’il est plus que nécessaire de trouver des solutions alternatives pour préparer ses vieux jours.

D’autre part, on constate que la majorité des Français ont besoin d’une meilleure éducation financière. Environ 77 % jugent leurs connaissances en la matière faibles, et 85 % n’ont jamais reçu d’enseignement en matière de finance.

Sondage sur l’éducation financière en France
Sondage sur l’éducation financière en France — Source Pixpay

En outre, environ 25 % de la population a du mal à joindre les 2 bouts chaque mois, et 1 Français sur 5 a souscrit un crédit à la consommation. L’endettement des ménages français s’est multiplié, la durée des prêts immobiliers est devenue plus longue, et le risque de récession plane.

L’endettement de la France a également augmenté ces dernières années, et avec la hausse des taux d’intérêt, les dépenses de l’État pour le remboursement de la dette croissent considérablement. De plus, l’euro a perdu de la valeur par rapport au dollar, exposant ceux qui ne diversifient pas en termes de devise.

En bref, durant cette période de crise de l’épargne, ce n’est ni votre banquier qui cherche à vendre des produits maison ni votre CGP non indépendant qui pourront vous aider. C’est pourquoi l’éducation financière est devenue primordiale pour chaque individu. Capitaliser pour sa retraite et son avenir financier demeure des objectifs majeurs. C’est pourquoi si vous souhaitez apprendre à gérer votre argent, à investir et à bâtir une stratégie solide, je vous donne l’accès à ma formation en ligne gratuite.

Formation Offerte
formation offerte

APPRENEZ À INVESTIR POUR VOTRE AVENIR FINANCIER
(même en partant de zéro).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Investir comporte des risques. S’investir n’est pas responsable de la qualité des produits ou services présentés sur cette page et ne pourrait être tenu responsable, directement ou indirectement, par tout dommage ou perte causés suite à l’utilisation d’un bien ou service mis en avant dans cet article. Les investissements liés aux cryptoactifs, aux actions ou autre sont risqués par nature, les lecteurs doivent faire leurs propres recherches avant d’entreprendre toute action et n’investir que dans les limites de leurs capacités financières. Ce contenu n’est pas un conseil en investissement, comme tous les autres contenus de S’investir.

Ce qu’il faut savoir sur les liens d’affiliation. Cette page peut présenter des services ou des produits relatifs aux investissements. Certains liens présents dans cet article sont affiliés. Cela signifie que si vous achetez un produit ou que vous vous inscrivez sur un site depuis cet article, le partenaire nous reverse une commission. Cela permet à S’investir de financer notre travail, nous permettant de continuer à vous proposer des contenus utiles. Il n’y a aucune incidence vous concernant et vous pouvez même obtenir un bonus en utilisant nos liens.

Téléchargez mon livre gratuitement en PDF
Trade republic
> Voir l’offre en cours
Linxea parrainage
> Voir l’offre en cours

Ces articles vont vous intéresser :

Guides mobiles

Guides

Bourse mobile

Bourse

Immobilier mobile

Immobilier passif

Avis mobile

Avis et comparatifs

Outils mobile

Outils