Comment devenir rentier grâce à ses investissements ? Étude de cas

Découvrez mon analyse de la situation patrimoniale d’un abonné qui souhaite devenir rentier grâce à ses investissements en Bourse et en immobilier.
Matthieu Louvet
Matthieu Louvet
Comment devenir rentier grâce à ses investissements ? S'investir
Table des matières
Formation 100% offerte

Apprendre à investir en Bourse, protéger votre avenir financier et générer des revenus passifs
(même en partant de zéro et sans connaissance).
OFFERT

Dans cet article, je vous propose d’analyser le patrimoine de Pascal, un abonné de 52 ans, en recherche d’emploi. Pascal a un enfant à charge et des revenus professionnels nets annuels de 38 364 €. Malgré sa situation actuelle, cet abonné est parvenu à capitaliser tout au long de son existence en épargnant dès son entrée dans la vie active. Cela lui permet aujourd’hui de détenir un beau patrimoine de plus d’un million d’euros.

Pascal a pour objectif de devenir rentier. Pour cela, il souhaite vivre de son capital et se verser 2 000 € par mois net d’impôt en rente passive. Il s’interroge également en matière de protection sociale, de fiscalité et de pension de retraite.

Dans cet article, je vous propose d’analyser dans le détail le patrimoine de Pascal, sa gestion budgétaire, les produits qui composent son portefeuille et les erreurs qu’il a commises. Je réponds également à ses questions et je lui apporte des pistes à exploiter afin d’atteindre son objectif d’indépendance financière.

Retrouvez cet article au format vidéo :

Devenir rentier avec un patrimoine d’un million d’euros

Si l’on examine le patrimoine global de Pascal qui cherche à devenir rentier, on remarque qu’il s’agit de quelqu’un qui a bien diversifié ses investissements. Ce qui est important, surtout lorsque le patrimoine devient conséquent.

Devenir rentier
Patrimoine global de pascal qui veut devenir rentier

Diversifier entre plusieurs classes d’actifs est essentiel, comme je le souligne dans ma formation LBD. Au début, nous parlions principalement de la Bourse, mais au fil du temps, nous avons élargi nos sujets pour aborder une vision patrimoniale complète. C’est crucial pour développer son patrimoine à long terme.

Par exemple, quelqu’un ayant 1 million uniquement investi en Bourse pourrait subir des pertes significatives, comme en 2008, où le S&P a perdu 50 % de sa valeur. Avoir un patrimoine fortement investi dans un seul secteur peut être risqué. Ainsi, la diversification devient une mesure de sécurité financière, comme observée dans les portefeuilles des family offices, qui gèrent les avoirs des plus fortunés. On y retrouve souvent une diversification bien répartie entre actions, obligations, immobilier, et parfois des actifs plus exotiques.

Pascal a bien suivi cette stratégie, avec une diversification étendue. Cependant, notons qu’il a relativement peu de liquidités dans son patrimoine, avec seulement 1 000 € sur son compte courant, ce qui peut sembler insuffisant, surtout avec un enfant à charge. Son livret A avec 2 000 € semble également faible. Je recommande généralement une épargne de précaution équivalente à 3 à 6 mois de dépenses.

En ce qui concerne son patrimoine, il possède 70 000 € dans son PEA. Un regret qu’il exprime est peut-être de ne pas l’avoir rempli au maximum avant de chercher d’autres enveloppes. Il détient également un montant important en assurance-vie, un instrument intéressant à long terme pour la transmission, avec un abattement de 152 500 € par bénéficiaire en termes de succession.

En outre, il possède de l’immobilier, à la fois en résidence principale et en location. Le fait qu’il n’ait plus de crédit en cours démontre sa réussite à équilibrer son patrimoine brut et net. Son patrimoine est également réparti dans des placements variés tels que des SCPI, du private equity, des start-ups, de l’or, et même des collections de timbres.

En somme, Pascal a réussi à construire un patrimoine diversifié et équilibré, avec une forte présence en placements financiers.

Répartition de patrimoine à 1 million
Répartition de patrimoine à 1 million de manière équilibrée et diversifiée

C’est un profil intéressant, mais il pourrait envisager d’augmenter ses liquidités pour renforcer son épargne de précaution. Voyons à présent comment Pascal gère son budget.

La gestion de budget et les finances personnelles de Pascal

Si l’on examine un peu plus en détail sa gestion budgétaire, on constate que Pascal a des revenus professionnels de 1 600 € par mois, auxquels s’ajoutent des revenus immobiliers provenant de son investissement locatif, des revenus des SCPI, un peu de crowdfunding, et d’autres revenus divers. Globalement, il gagne environ 3 197 € par mois.

exemple revenus pour investir

Les dépenses contraintes

En ce qui concerne ses dépenses contraintes, elles sont assez classiques et couvrent :

  • l’assurance ;
  • l’électricité ;
  • l’alimentation ;
  • impôt ;
  • internet et téléphone ;
  • charges ;
  • des frais liés à son enfant.
depenses contraintes

Les dépenses courantes

Pour ce qui est des dépenses courantes, on retrouve :

  • le logement ;
  • des frais de transport ;
  • des loisirs ;
  • la santé ;
  • vacances ;
  • des dépenses diverses avec 20 € par mois pour l’habillement.
Dépenses courantes

Le bilan des finances personnelles de Pascal

En résumé, ses revenus s’élèvent à 3 197 € par mois, avec des dépenses contraintes de 1 049 €, laissant un reste à vivre de 2 148 € par mois. En ajoutant les dépenses courantes, cela porte sa capacité d’épargne à 1 125 € par mois, soit 14 700 € par an.

Comment devenir rentier grâce à ses investissements

Il est intéressant de noter que les dépenses contraintes représentent 32 % de ses revenus, 29 % pour les dépenses courantes, et 38 % pour son épargne. Ce dernier est plutôt impressionnant compte tenu de ses charges et autres engagements.

Exemple de gestion de budget
Exemple de gestion de budget pour devenir rentier

Pascal semble bien gérer son argent, avec un taux d’épargne conséquent, et peu de fuites importantes.

Le portefeuille financier pour atteindre l’indépendance financière

Étudions à présent le portefeuille financier de Pascal qui a pour objectif de devenir rentier.

L’investissement sur les ETF

Pascal dispose de 91 000 € d’ETF, tous logés dans son assurance-vie, a priori. Quant au PEA, nous y reviendrons plus tard, mais il semble l’avoir réservé à son stock picking d’actions européennes.

En ce qui concerne les ETF, je remarque qu’il en possède plusieurs pour des stratégies assez similaires, principalement axées sur des indices larges tels que le Nasdaq. Ce sont notamment 27 % qui sont investis dans cet indice regroupant les 100 plus grandes entreprises américaines, dont plus de 50 % sont dans le secteur technologique. C’est un ETF plutôt offensif, est donc plus risqué, comme cela a été démontré en 2000 lorsque le Nasdaq a perdu 80 % de sa valeur.

Une question se pose ici, celle du couple rendement-risque. Par exemple, la recherche de performance en se concentrant sur un unique secteur est risquée. Personnellement, je préfère les facteurs Smart Beta, notamment celui à 5 facteurs de Fama-French qui permet de prendre un biais en termes de stratégie d’investissement plutôt qu’en termes de secteur d’activités ou de géographie.

Exemple de portefeuille ETF
Exemple de portefeuille ETF pour devenir rentier

L’investissement sur les actions en Bourse

Pascal détient également des actions individuelles dans son portefeuille PEA, notant que 35 % du portefeuille est investi en ETF et 27 % en actions individuelles, principalement françaises.

Exemple portefeuille actions
Portefeuille actions de Pascal

Personnellement, j’émets des réserves sur le choix de ces actions, car on se retrouve concentré en France. En cas de problème politique, économique ou autre impactant l’hexagone, eh bien, cela impactera aussi tout le PEA. La diversification géographique de ce PEA est clairement sous-optimisée.

D’autre part, on retrouve des actions très populaires comme LVMH, Air Liquide, Total. N’importe quel PEA de stock picking de particuliers débutants va s’orienter vers ce genre d’action en Bourse. Encore une fois, je ne suis pas un adepte de cette stratégie. En effet, si on prend Total Énergie, il s’agit d’une action qui a sous-performé le CAC 40 sur les 10 dernières années. Selon moi, c’est aussi une action qui comporte de nombreuses problématiques dans son secteur à l’heure actuelle.  Elle est clairement surcotée par rapport à sa sous-performance.

En ce qui concerne LVMH et Air Liquide, je ne suis pas non plus très emballé. Ce sont des PER qui sont assez élevés et des entreprises qui sont quand même très fortement valorisées je trouve.

J’évoquais précédemment le Smart Beta, il existe un autre facteur que j’apprécie particulièrement : c’est le value sur les Small cap. Ce qui vient contredire le portefeuille actions de Pascal qui investit sur de grandes entreprises. Benjamin Graham disait dans son livre qu’un PER moyen doit être autour de 15. Dans ce cas, on est plutôt autour de 25 voire de 30.

L’investissement en SCPI et autres produits financiers

En ce qui concerne les autres placements financiers, 37 % du portefeuille est alloué aux SCPI à travers plusieurs assurances-vie.

Exemple portefeuille SCPI

D’autre part, Pascal investit aussi en SCI. Là encore, j’appelle à la vigilance et à la nécessité d’analyser en profondeur ce genre de produit en raison des frais accumulés. De même, les produits structurés peuvent compter des frais élevés et restent des produits complexes pour les investisseurs peu avertis.

Les questions sur les investissements de Pascal

Pascal se demande comment il peut se verser 2 000 € par mois net grâce à ses investissements et devenir rentier

Faire attention aux dividendes en Bourse

La 1re erreur à ne pas faire, c’est de se verser des rentes grâce aux dividendes en Bourse. On le sait, les dividendes sont vraiment très inefficients fiscalement, surtout en phase de rente, où l’on va vraiment payer 30 % sur de grosses sommes à chaque fois. La fiscalité peut être très importante, surtout si on est sur compte-titres.

Mettre en place la stratégie des retraits dynamiques

À noter aussi que quand on commence à vivre de son capital, il faut réussir à être flexible. Et il y a une stratégie qui est très importante à mettre en place : celle des retraits dynamiques. Celle-ci vous invite à être flexible en fonction du marché boursier. Vous ne devez pas retirer, en tout cas, pas trop retirer lorsque les marchés baissent, et pouvoir retirer comme vous le voulez selon vos objectifs, quand les marchés sont plutôt en phase haussière.

Par ailleurs, Pascal détient déjà une partie sur du rendement. Je pense notamment à son immobilier locatif et à ses SCPI, qui lui génèrent des revenus assez passivement. Il est très intéressant en phase de rente de pouvoir avoir des revenus qui tombent de manière passive et de manière très régulière.

Arbitrer son assurance-vie

Ensuite, concernant son assurance-vie, il pourrait être intéressant pour lui de faire un arbitrage surtout au niveau de sa phase de rente. Cela dit, c’est une enveloppe qu’il vaut mieux conserver s’il a un objectif de transmission de patrimoine.

Optimiser son PEA

Ce que Pascal pourrait optimiser ici, c’est son PEA. En effet, il n’est pas très intéressant en termes de transmission, mais il est en termes de capitalisation et de consommation par la suite. Il pourrait arbitrer peut-être un peu vers des produits avec davantage de rendement.

Faire attention à la taxe PUMA

Pour échapper à la taxe PUMA, 2 options s’offrent à vous :

  • générer moins de 50 % du PASS grâce au capital ;
  • gagner, grâce à vos revenus professionnels, plus que 20 % du PASS.

Je trouve que c’est la solution la plus adaptée. Gardez bien un emploi, gardez en tout cas des revenus professionnels pour échapper à cette taxe, mais aussi valider vos trimestres.

Créer une holding

Il existe aussi une autre possibilité, celle de créer une holding patrimoniale pour vivre de son capital et réellement devenir rentier. Dans ce cas de figure, c’est une société qui détient, par exemple, des SCPI pour investir en immobilier, qui va peut-être détenir aussi une activité opérationnelle avec une SAS ou une autre forme de société.

En tant que propriétaire de cette holding, vous allez aussi pouvoir vous mettre comme dirigeant et donc vous verser un salaire. Cela permet ainsi d’échapper à la taxe PUMA et de bien arbitrer votre patrimoine.

Personnellement, c’est ce que je fais. J’investis beaucoup maintenant en société. J’investis aussi via ma holding. De cette manière, je peux arbitrer. Je peux me rémunérer si j’ai besoin en tant que dirigeant, et bien réinvestir dans la boîte ou me verser des dividendes pour investir en perso, etc.

Enfin, je fais un petit peu ce que je veux et ça permet vraiment de piloter mon patrimoine avec une partie pro et une partie perso. Et ça, c’est un petit peu le schéma ultime pour le rentier, je pense.

En bref, vous savez maintenant comment devenir rentier quand on est dans une situation similaire à celle de Pascal. Vous souhaitez peut-être analyser vous-même votre propre patrimoine ? Pour cela, je vous invite à télécharger ce tableur gratuitement. Vous pouvez faire la simulation pour vous ou me l’envoyer si vous désirez que j’analyse votre patrimoine dans un futur article.

Formation Offerte
formation offerte

APPRENEZ À INVESTIR POUR VOTRE AVENIR FINANCIER
(même en partant de zéro).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Investir comporte des risques. S’investir n’est pas responsable de la qualité des produits ou services présentés sur cette page et ne pourrait être tenu responsable, directement ou indirectement, par tout dommage ou perte causés suite à l’utilisation d’un bien ou service mis en avant dans cet article. Les investissements liés aux cryptoactifs, aux actions ou autre sont risqués par nature, les lecteurs doivent faire leurs propres recherches avant d’entreprendre toute action et n’investir que dans les limites de leurs capacités financières. Ce contenu n’est pas un conseil en investissement, comme tous les autres contenus de S’investir.

Ce qu’il faut savoir sur les liens d’affiliation. Cette page peut présenter des services ou des produits relatifs aux investissements. Certains liens présents dans cet article sont affiliés. Cela signifie que si vous achetez un produit ou que vous vous inscrivez sur un site depuis cet article, le partenaire nous reverse une commission. Cela permet à S’investir de financer notre travail, nous permettant de continuer à vous proposer des contenus utiles. Il n’y a aucune incidence vous concernant et vous pouvez même obtenir un bonus en utilisant nos liens.

Téléchargez mon livre gratuitement en PDF
Trade republic
> Voir l’offre en cours
Linxea parrainage
> Voir l’offre en cours

Ces articles vont vous intéresser :