N’investissez pas en dividendes avant d’avoir lu ceci

N'investissez pas en actions à dividendes

N’investissez pas en dividendes avant d’avoir lu ceci

Se créer un portefeuille d’action à dividendes pour se verser un revenu passif et pouvoir en vivre, car ses dividendes sont des revenus récurrents semble être une idée très attrayante. On a la sensation de recevoir un salaire tous les mois sur notre compte et ça parait très sécurisant. 

Il existe des chaînes YouTube, des livres, des blogs, des forums dédiés à l’investissement en dividendes. Certains vont même jusqu’à dire que grâce à ces revenus récurrents, vous serez à l’abri des chutes du marché et vous obtiendrez des rendements longs-terme plus élevés. 

Certains pensent même qu’il faut obligatoirement des dividendes pour générer des intérêts composés. Il y a parfois avec les dividendes une perception de revenus quasiment garantis qui en fait une stratégie infaillible, ou presque.

Dans cet article, je vais vous montrer le contraire et vous prouver empiriquement comme théoriquement que les dividendes ne sont pas un revenu passif, que la stratégie à dividendes est sous-optimisée, et pire, que vous ne pourrez jamais vivre de vos dividendes.

Attention, si vous possédez des actions à dividendes ou comptez en posséder, lisez bien cet article jusqu’à la fin, car il risque de fortement optimiser vos futurs investissements.

Retrouvez la version vidéo de cet article juste ici :

Table des matières

Le plus important : d'où vient un dividende ? 

D’abord, il faut bien comprendre d’où vient un dividende. Il faut bien comprendre ce qui se passe concrètement, vous allez voir c’est très important.

Lorsqu’une entreprise a généré des bénéfices, elle peut en distribuer une partie à ses actionnaires sous forme de cash : c’est ce que l'on appelle les dividendes.

Imaginons l’entreprise S’investir qui investit dans un parc immobilier. Elle a actuellement 4 immeubles de 50 000 euros chacun. Sa valeur est donc estimée à 200 000 euros. Elle a généré durant l’année 50 000 euros de bénéfices. Sa valeur actuelle est donc estimée à 250 000 euros : 200 000 d’euros d’immeubles et 50 000 euros en trésorerie.

L’entreprise a dix actionnaires qui possèdent chacun un dixième de 250 000 euros, soit 25 000 euros chacun, puisque étant copropriétaires de l’entreprise.

L’entreprise décide de verser un dividende de 10 000 euros, soit de 1 000 euros par actionnaire.

Puisque l’entreprise sort de sa trésorerie 10 000€ pour verser ce dividende, la nouvelle valeur de l’entreprise est à présent de 240 000 euros.

Les actionnaires qui possédaient précédemment 25 000€ chacun détiennent à présent toujours 25 000 euros chacun, mais sous une forme différente : 24 000 en tant que propriétaire d’un dixième de l’entreprise S’investir, et 1 000 euros en cash sur leur compte espèce personnel.

exemple-entreprise-sinvestir-dividende-actionnaire
Exemple d'un versement de dividendes avec la société S'investir

Du point de vue de l’actionnaire, avant le dividende, il possédait 25 000 euros investis dans son portefeuille d’actions et comme propriétaire d’un dixième de l’entreprise S’investir. 

Après le versement du dividende, comme la valeur de l’entreprise a chuté du montant du dividende versé, il se retrouve avec 24 000 euros sur son portefeuille d’actions et 1 000 euros suite au dividende en cash sur son compte espèce. Le versement du dividende n’a pas enrichi l’actionnaire. On dit qu’il a été neutre.

Oui, les dividendes n’enrichissent pas les actionnaires. Attention, je ne dis pas que les investisseurs actionnaires ne s’enrichissent pas. Je dis simplement que ce n’est pas le versement du dividende qui les enrichissent, mais ce sont les bénéfices de l’entreprise, l’activité de l’entreprise tout au long de l’année, qui les enrichissent.

Dans mon exemple, durant l’année n-1, l’entreprise valait 200 000€, soit 20 000€ par actionnaire. Grâce aux bénéfices générés, l’entreprise vaut 250 000€ l’année n, soit 25 000€ par actionnaire.

Exemple de la valeur par actionnaire pour une entreprise
Exemple de la valeur par actionnaire pour une entreprise

Les dividendes eux ne sont qu’un transfert d’argent du compte de l’entreprise, mais qui appartient déjà aux actionnaires puisque propriétaires, vers leur compte personnel.

Tous les entrepreneurs dirigeants d’entreprise qui m’écoutent doivent bien le savoir : ils ne gagnent pas de l’argent par magie le jour du dividende, ils gagnent de l’argent grâce à l’activité de leurs entreprises et à ses bénéfices.

C’est finalement comme une pizza : avant un dividende, la pizza est entière, c’est le prix de l’action, imaginons 100 €. Après le dividende, on vient prendre une part, on vient détacher le dividende de l’action qui coûte à présent 95 € en imaginant un dividende de 5 €.

exemple-prix-action-pizza-actionnaire-dividende
Exemple d'un détachement de dividendes avec une pizza

C’est pour cela que le Vernimmen, une référence en matière de finance d’entreprise, écrivait dans sa lettre n° 175 : 

“Pas plus qu’un retrait à un distributeur automatique de billet ne vous a jamais enrichi, les dividendes n’ont jamais enrichi les actionnaires dont la valeur de leurs actions baisse mécaniquement du même montant dès le versement du dividende.”

Pierre Vernimmen
Pierre-vernimmen-finance-entreprise-livre
Couverture du livre "Finance d'entreprise" de Pierre Vernimmen

La chute du cours de l'action en pratique 

Concrètement, lors de chaque dividende, on a une chute de l’action équivalente au montant du dividende. Pour chaque dividende versé, le prix de l’action chute du même montant. On parle de “détachement de dividende”.

cours-action-impact-detachement-dividendes-Anice-Lajnef
La chute du cours de l'action à chaque dividende détaché

Pour l’action Realty Income, une foncière américaine très utilisée dans les portefeuilles à dividendes (notamment car sa distribution de dividendes est mensuelle), j’ai pu étudier les dividendes depuis 2021, soit 21 versements de dividendes. 

Pour avoir droit à un dividende, il faut détenir l’action la nuit de la veille du dividende. Donc, par exemple, pour le versement du 26 février 2021, le cours de clôture de l’action la veille du dividende était de 59,68 euros. Le lendemain matin, son cours d’ouverture était de 59,46 euros.

realty income fevrier 2021 detachement dividende
Détachement du dividende de février 2021 pour l'entreprise Realty Income

L’investisseur a de ce fait perdu 22 centimes sur son portefeuille et a touché un dividende en cash de 23 centimes par action. Finalement, il donc a gagné un centime lors du versement de ce dividende.

Évidemment, les prix des actions sont continuellement fluctuants, il est normal que l'on ne puisse pas voir précisément les montants s’équilibrer parfaitement. Les prix sont noyés dans la volatilité ambiante. Mais, en prenant un nombre de versements assez importants, on voit bien la tendance qui se dégage :

Sur Realty Income, depuis 2021, l’investisseur a perdu en moyenne 11 centimes lors d’un versement de dividende, générant une performance moyenne de – 0,15 % lors de chaque versement.

realty-income-bilan-21-mois-2021-2022-dividendes
Bilan des détachements de dividende de Realty Income entre 2021 et 2022

Sur l’action TotalEnergies, de 2015 à 2021, l’investisseur a gagné en moyenne 6 centimes lors d’un versement de dividende, loin derrière les 60 centimes que l'on est censé gagner.

Total-Energies-Bilan-Detachement-Dividendes-2015-2021
Bilan des détachements de dividende de TotalÉnergies entre 2015 et 2021

Concernant l’action Apple et sur les 20 derniers dividendes, l’investisseur a perdu en moyenne 21 centimes soit une performance moyenne de – 0,13 % lors de chaque versement.

Apple-bilan-detachements-dividendes-2017-2022
Bilan des détachements de dividende d'Apple entre 2017 et 2022

Bien sûr, il faudrait un nombre assez grand de dividendes et d’entreprises pour voir la convergence vers la neutralité du dividende et son espérance nulle.

Mais ces exemples empiriques corroborent bien avec la théorie financière, la théorie de la non-pertinence des dividendes, développée dès en 1961 par les deux professeurs de finance Merton Miller et Frank Modigliani. Dans cette théorie, ils montrent que la politique de dividende d'une entreprise n'a aucune influence sur la rentabilité des actions.

Merton-Miller-professeur-finance
Merton Miller, professeur de finance
frank-modigliani-professeur-finance
Frank Modigliani, professeur de finance

En d'autres termes : ce n'est pas la manière dont les bénéfices de l'entreprise sont transmis aux propriétaires qui est déterminante, mais le montant des bénéfices.

Merton Miller & Frank Modigliani

Les deux chercheurs ont ensuite reçu le prix Nobel d'économie notamment pour ces travaux qui n’ont pas été contestés académiquement depuis.

1961 theorie miller finance dividende
Théorie de la non-pertinence des dividendes
Livre ETF Bourse avec bon sens de S'investir
Mon livre offert !

5 minutes par mois pour s'enrichir durablement grâce à la bourse et aux ETF.

+ de 200 avis Amazon
4.7/5

Un dividende n'est pas un revenu passif

Tout simplement, car ce n’est pas un revenu tout court.

Si c’était le cas, il suffirait simplement à des spéculateurs d’acheter des actions avant leurs dividendes pour les revendre ensuite en ayant encaissé le dividende et gagné de l’argent sans prendre trop de risques. Or, ce n’est pas le cas, il n’y a évidemment pas d’arbitrage possible.

L’argent gratuit n’existe pas en bourse.

Une autre croyance est de dire : 

“Oui certes le dividende fait baisser le cours à l’instant du versement, mais l’action sur la durée va rattraper cette perte”.

Peut-être. Comme peut-être pas. En moyenne, ce sera le cas, car les marchés sont haussiers sur le long terme et que les entreprises font des bénéfices. Mais, il n’y a aucune garantie de cela et surtout, il n’existe absolument aucune loi de la finance qui obligerait l’action à compenser la chute suite à un dividende. Ça n’existe pas.

Pour s’en apercevoir, une autre manière est de regarder les cours ajustés des actions. Un cours ajusté est la performance totale d’une action : variation de sa valeur et dividendes pris en compte et réinvestis.

Par exemple, sur la période où l'on a analysé les dividendes de Realty Income, voici son cours ajusté. C’est ce qu’a gagné réellement un investisseur dessus, tous pris en compte. On voit bien que cet investisseur n’est pas mieux loti qu’un autre. Il est soumis à la volatilité des marchés, comme tout le monde. Les dividendes ne créent pas une espèce de sécurisation de capital.

Cours-ajusté-de-RealtyIncome
Cours ajusté de Realty Income

Voici aussi le cours ajusté de l’action TotalEnergies depuis le 1ᵉʳ janvier 2008. Il n’est pas plus stable qu’un autre. D’ailleurs, même avec des dividendes importants, un investissement sur TotalEnergies dividendes pris en compte, puisqu’on est sur le cours ajusté, n’aurait rien rapporté entre le 1ᵉʳ janvier 2008 et le 1ᵉʳ novembre 2020. Les dividendes n’ont pas compensé la chute des cours.

Cours ajusté de TotalEnergies
Cours ajusté de TotalÉnergies

La croyance selon laquelle les dividendes nous enrichiraient même si les marchés baissent est une fausse croyance parce que ce n’est qu’un transfert de votre compte d’investissement vers votre compte espèce. Et, c'est peut-être un des points d’économie les plus incompris des investisseurs particuliers : un dividende ne vous apporte aucune performance, aucun gain.

Pourtant, toutes les semaines, on voit des dizaines de contenus à ce sujet, surtout sur YouTube, Instagram, Twitter, répandant cette fausse idée que les dividendes seraient un gain, un revenu passif. Effectivement, sur le papier, c’est très sexy. Mais malheureusement, la réalité est tout autre.

Alors, méfiez-vous la prochaine que vous croiserez une personne vous affirmant avoir touché des revenus grâce à ses dividendes. Demandez-lui son graphique. S’il a touché 100 € en dividendes, c’est qu’il a perdu 100 € de l’autre côté.

Le dividende est néfaste pour l'investisseur

Mais, je vous ai menti. Le dividende n’est pas tout le temps neutre.

En fait, Le dividende est très souvent néfaste.

Dans la vie réelle, les dividendes sont fréquemment néfastes pour l’investisseur, car ils dégradent votre performance à cause de la fiscalité. Et, vous allez voir que c’est surement pire que ce que vous pensez.

En effet, à part sur des actions européennes dans un PEA, dans un compte-titres en France (les investisseurs à dividendes finissent la plupart du temps par avoir des actions américaines), les dividendes sont taxés en général à la flat-tax de 30 %.

Par conséquent, chaque versement d’un dividende, qui déjà est neutre financièrement, s’accompagne en fait d’une perte sèche de 30 % à cause des impôts dessus. Et, même si vous n’êtes pas fiscalisé à 30 %, vous n’échapperez pas à l'impôt à la source sur les dividendes.

Anice-Lajnef-chute-dividende-cours-action-impots
Perte sèche de 30 % à chaque détachement de dividende

Imaginez un portefeuille versant 4 % de dividendes par an. Si 4 % de votre portefeuille est converti annuellement en dividendes, c’est donc 30 % de ces 4 % (soit 1,2 %) de votre portefeuille qui partent annuellement aux impôts. 1,2 % en moins tous les ans, c’est assez catastrophique pour un portefeuille.

4%-dividendes-imposition-flat-tax
1,2 % de rendement en moins à cause de la flat tax

Sur 35 ans, obtenir 8,8 % de performance au lieu de 10 % par an sur 20 000€, c’est passer à côté de 179 000 €. Pour tous ceux qui pensaient que les dividendes étaient un formidable levier d’intérêts composés, vous vous rendez compte qu’après fiscalité, les dividendes sont un formidable frein d’intérêts composés

1,2-d'impôts-8,8%-35ans-performance-bourse
Performance d'un portefeuille en bourse à 8,8 % sur 35 ans
1,2-d'impôts-10%-35ans-performance-bourse
Performance d'un portefeuille en bourse à 10 % sur 35 ans
1,2%-impots-graphique-difference-dividendes
Investissement de 20 000 € à 10 % contre 8,8 % de rendement annuel

Par conséquent, et surtout si vous n’êtes pas en phase de rente, vous devriez essayer de minimiser vos dividendes, ou en tout cas ne pas chercher à les maximiser. Parce que ces impôts seront à payer même si vous comptez réinvestir vos dividendes. Chaque versement de dividende fiscalisé est une perte sèche pour l’investisseur.

Pour ceux en phase de rente, on reparlera dans un prochain article où je vous montrerai pourquoi se verser des rentes grâce aux dividendes est fortement sous-optimisé.

Vous pouvez d’ailleurs faire vos propres simulations d’intérêts composés avec le tableur téléchargeable gratuitement, disponible ci-dessous.

Le Tableur Intérêts Composés Offert

Faites varier :

Obtenez directement la performance de vos investissements et le coût de la fiscalité !

Les dividendes doivent être considérés dans la performance

Maintenant, ne nous méprenons pas. Quand je dis que les dividendes sont neutres, voir néfastes, je ne dis pas qu’ils ne sont pas à considérer dans la performance. Les dividendes sont évidemment à considérer dans la performance d’un investissement.

De la même sorte, si j’avais 1 000 € sur mon compte bancaire, 0 € en cash (donc un patrimoine de 1 000 €), et que je retirai 500 € en cash, je n’aurais pas 500 € de patrimoine total comme indiqué sur mon compte en banque. Mais, j'aurais bien 1 000 € en tout, en comptant l'argent sur mon compte en banque et mon cash.

exemple-patrimoine-retrait-cash
Exemple avec 1 000 € sur un compte bancaire et un retrait de 500 € en cash

Par conséquent, évidemment qu’il faut comptabiliser les dividendes dans la performance d’une action ou d’un indice en bourse. Le graphique montrant le S&P 500 avec dividendes réinvestis versus sans dividende est une illustration de ce phénomène. 

Non pas parce que les dividendes ont généré des revenus, mais parce que l'absence de prise en compte des dividendes enlèverait une partie de notre investissement (puisque les dividendes agissent comme un retrait).

s&p500-avec-et-sans-dividendes-graphique-bourse
S&P 500 avec et sans dividendes réinvestis

Au passage, les rendements des dividendes dans la première moitié du XXᵉ siècle étaient en moyenne nettement plus élevés que dans la seconde moitié. Tandis que les rendements totaux – et seuls ceux-ci sont importants – étaient exactement le contraire. 

Entre 2009 et 2020, on a connu un des marchés les plus haussiers de l’histoire avec des rendements de dividendes les plus bas de l’histoire. Bref, des rendements de dividendes élevés ne sont pas synonymes de rendements totaux élevés.

 

évolution-rendement-dividende-S&P500-entre-1900-2022
Évolution du rendement des actions du S&P 500 entre 1900 et 2022

Alors pourquoi des entreprises versent-elles des dividendes ?

Ne nous méprenons pas non plus. Je ne dis pas que les dividendes sont inutiles. Il faut comprendre pourquoi certaines entreprises versent des dividendes.

Première chose à comprendre, les entreprises à dividendes ne sont actuellement pas majoritaires. Aux États-Unis, en 2021, 62 % des entreprises ne versent pas de dividendes. Dans le monde, environ 50 % des entreprises ne versent pas de dividende.

La société de Warren Buffett, par exemple, Berkshire Hathaway, n’a jamais versé de dividendes. Vous pouvez d’ailleurs lire la lettre de Warren Buffett de 2012 où il explique à ses actionnaires pourquoi ne pas verser de dividendes est plus optimisé pour eux.

Lettre-actionnaires-Warren-Buffett-dividendes-Berkshire-Hathaway
Lettre de Warren Buffett aux actionnaires de Berkshire Hathaway

Ainsi, pourquoi certaines entreprises versent-elles des dividendes ?

Lorsqu’une entreprise a généré des bénéfices, elle a plusieurs options pour placer ce cash, notamment :

  • Investir dans de nouveaux projets
  • Investir dans de la recherche et développement
  • Investir pour des fusions/acquisitions

Si aucun de ces investissements n’est susceptible de générer un retour sur investissement acceptable, alors l’entreprise ferait mieux de transférer l’argent à ses actionnaires via deux solutions :

  • Les dividendes
  • Les rachats d’actions

Il ne faut surtout pas qu’une entreprise garde une montagne de cash qui ne fructifie pas et qui est simplement exposée à l’inflation. C’est donc une bonne chose de transférer cet agent aux actionnaires au lieu de gaspiller sa trésorerie dans des projets non rentables ou de ne rien faire.

Je ne suis pas contre les dividendes

Soyons clair : je ne suis pas contre les dividendes. Si une entreprise ne dispose pas de meilleures opportunités pour placer son cash, alors je suis clairement pour que l’entreprise distribue son cash via les dividendes ou via le rachat d’actions. C’est une décision financière sensée. Toutefois, je ne recherche pas d'entreprises pour leurs dividendes.

Parce qu'il faut bien garder à l’esprit plusieurs choses :

  1. Les dividendes ne créent aucune valeur. Ce sont simplement un transfert du compte bancaire de l’entreprise, déjà détenu par les actionnaires qui en sont copropriétaires, vers les comptes personnels des actionnaires. Un transfert des actionnaires aux actionnaires. Donc, c’est simplement la nature de ce cash qui change. Par conséquent, ce n’est pas ce qui enrichit les investisseurs. Ce sont bien les bénéfices qui les enrichissent, tout simplement. Les dividendes ne sont pas un revenu passif, car ils ne sont pas un revenu tout court, comme pourraient le prétendre certains.
  2. Un versement de dividende s’accompagne de la chute du même montant de l’action. Les dividendes sont neutres avant impôts. Après impôts et frais de transaction, les dividendes sont néfastes pour les investisseurs, puisqu'ils freinent les intérêts composés.
  3. Les dividendes sont évidemment à considérer dans la performance d’un investissement, de la même manière qu’il faudrait considérer un retrait.
  4. Verser des dividendes peut être une décision sensée pour une entreprise qui ne trouve pas de bonnes opportunités d’investissement. Je suis donc pas contre les dividendes, je préfère par contre les rachats d’action bien opérés, plus efficients fiscalement. Aux États-Unis d’ailleurs, plus de transfert de liquidités ont été apportés par les rachats d'actions que par les dividendes lors la dernière décennie.

Au passage, me montrer des actions à dividendes avec une performance historique très élevée n’est pas une preuve que les dividendes soient un revenu. Mais, c'est simplement une anecdote qui pourrait être contrée par une réponse similaire en montrant une action à dividendes avec une performance catastrophique.

De la même manière, certaines des actions les plus performantes au monde au cours des 40 dernières années n'ont jamais versé de dividendes ou n'ont commencé à verser des dividendes qu'après des décennies de rendements boursiers phénoménaux. Ces derniers étant alimentés uniquement par les gains du cours des actions. On peut citer Apple, Microsoft, Amazon, Google ou encore Berkshire Hathaway, la société de Warren Buffett.

Dans un prochain article, je vous expliquerai pourquoi l’historique des dividendes d’une entreprise n’est pas un critère de stock-picking pertinent.

 

Pour investir en Bourse, vous pouvez télécharger mon livre numérique offert : La Bourse avec bon sens : comment s'enrichir durablement et en 5 minutes par mois grâce à la bourse et aux ETF. C’est 50 pages de contenu exclusif où je vous explique la Bourse, les intérêts composés, ma stratégie d’investissement en profondeur et où je vous donne les 12 principes à appliquer pour se créer des revenus passifs en Bourse. Il est gratuit, je vous mets le lien ci-dessous pour le télécharger.

Livre ETF Bourse avec bon sens de S'investir
Mon livre offert !

5 minutes par mois pour s'enrichir durablement grâce à la bourse et aux ETF.

+ de 200 avis Amazon
4.7/5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AVERTISSEMENT :

Toutes les informations trouvées sur ce site, y compris les  documents, idées, opinions, points de vue, prédictions exprimées ou implicites, sont uniquement destinées à des fins d’information, de divertissement ou d’éducation et ne constituent pas un conseil en investissement. Considérez la pertinence de ces informations au regard de vos objectifs, de votre situation financière et de vos besoins, et demandez conseil à un professionnel le cas échéant. Matthieu Louvet – S’investir n’assume aucune responsabilité quant à toute décision d’investissement, de désinvestissement ou de conservation prise par l’investisseur sur la base de ces informations. Toutes les informations sur les performances sont historiques et ne constituent pas une garantie de résultats futurs. L’investissement est soumis à des risques, notamment la perte éventuelle du capital. Vous devez lire le Prospectus et le DICI avant d’investir. Aucune partie de ces documents/ressources/articles ne peut être reproduite sous quelque forme que ce soit, ou mentionnée dans toute autre publication, sans l’autorisation écrite expresse de Matthieu Louvet S’investir.

Recevez gratuitement votre kit d’investisseur ! Inclus :

  • L’Excel Intérêts Composés et Fiscalité pour simuler vos placements
  • Le livre “La Bourse avec bon sens” pour construire votre portefeuille d’ETF
  • Le Guide des 7 principes de l’investisseur gagnant
  • Ma newsletter privée d’une communauté de plus de 30 000 personnes
La bourse avec bon sens - Ebook ETF

Apprenez à épargner et investir en bourse efficacement

Recevez mon livre gratuitement

S'investir

Les mails privés de S'investir

La Bourse et les ETF accessibles à tous

Les stratégies avancées & les principes simples pour booster vos performances, diminuer vos risques et battre plus de 97% des investisseurs à long-terme.

Pas de spam | Confidentialité garantie | Possibilité de se désabonner à tout moment
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de vous inscrire à la newsletter pour être informé des nouveaux contenus de S’investir, des produits de ce site, et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité.

Recevez mes meilleurs conseils et analyses gratuitement par mail
(épargne, investissement, bourse, ETF, fiscalité, crypto …)

Le but ? Développer votre patrimoine financier, vos connaissances, minimiser vos risques et maximiser vos performances.